10 juin 2008

Impressions de voyage (1ère partie)

De retour depuis maintenant plus de deux semaines, la poussière retombée et les souvenirs bien en place, je peux enfin prendre un instant pour vous partager quelques unes de mes impressions de voyage. C'est aussi que je n'ai pas chômé dernièrement: Avec les arrivages des thés de printemps et tout le boulot que cela entoure pour moi (descriptions web, tastings, photos, etc.), la préparation des activités-conférences du week-end prochain, mon déménagement qui approche (je vous en reparlerai...), les minutes me sont presque comptées. 

Premièrement, je suis tombé amoureux de Taiwan. Pas spécialement de la pollution parfois dense de ses grandes villes, non plus de son architecture généralisée en béton armé et encore moins de ses petits-déjeuners au chou mouillé, porc et marinades étranges. Je suis tombé sous le charme de cette île sublime par son arrière-pays et ses paysages splendides, ses habitants généreux, simples, honnêtes, sympathiques et travaillants, par le chaos "maîtrisé" qui  y règne (un bordel magnifique à la chinoise et un ordre soutenu à la japonaise, créant un hybride goûteux d'un équilibre parfait d'après moi), par le thé et le savoir-faire (et le respect) des gens qui le produise... 

J'ai goûté plus de bons thés que de mauvais malgré le fait que la plupart des thés produits (du moins dans la grande région productrice de Nantou) le sont fait industriellement. Les rencontres avec les producteurs furent toutes aussi intéressantes et sympathiques les unes que les autres. Mon coup de coeur va pour la région de Hualien pour ses paysages, la qualité de ses thés (à des prix plus bas) et l'esprit d'innovation de ses producteurs: outre plusieurs thés rouges et verts produits (souvent en bio) en plus des wulong de haute et basse altitude, j'y ai goûté des "expériences" ressemblant étrangement à du Darjeeling! Monsieur Pong, un nouveau contact pour nous dans cette région, m'a offert un paquet d'un wulong vieilli de plus de 50 ans que son père lui a légué... des notes franches de Pu Erh avec le sucré caramélisé du wulong... vraiment spécial! D'ailleurs, fait intéressant: Plusieurs nous ont recommandé de ne pas tenter de nous acharner à faire vieillir des Pu Erh avec le faible taux d'humidité relative de l'Amérique du Nord mais de plutôt diriger nos ambitions temporelles vers le vieillissement des wulong, qui nécessite un taux d'humidité bien plus faible (les Taiwannais se battent contre l'humidité dans leur cas... comme quoi rien n'est parfait pour personne!). Le soucis c'est que les Wulong vieillis disparaissent presque aussi vite que les vieilles galettes et que les producteurs ne perpétuent pas la tradition de faire du vieilli tant la demande pour le frais est grande.
 
Tung Ting, Ali Shan, Yu Shan, Shan Linhsi, Hsin Chu, Mucha... que de beaux moments le nez au vent entre les visites de jardin... le Soleil était de la partie pour toute la durée du voyage (mis à part les quelques jours où nous étions sur Taipei). Hugo et moi avions une belle complicité sur toute la ligne. Que cela soit pendant les tastings où, en silence, nous goûtions avant de faire nos choix (qui généralement était les mêmes!) ou sur la route, nous avons passé ensemble des moments inoubliables. 

Autres moments précieux: les rencontres avec Stéphane Erler (Tea Masters) et Aaron Fisher (The Leaf), deux vrais passionnés, furent fort intéressantes, l'atelier sur les Pu Erh à Taipei (où nous avons dégusté entre autre un 1934 vraiment hallucinant!) avec le prof, spécialiste de cuisson de wulong, qui a sa technique d'épuration (par le feu...) des Pu Erh shu, la visite à la maison de publication du magazine Art of Tea (où j'ai vu mon zhong de rêve... 150 ans, magnifiquement trop cher...) et celle à la compétition de thés de style Tung Ting à Luku où environ 4500 thés étaient jugés sous nos yeux... des instants qui restent presque palpables, pour ne nommer que ceux là.

Je souhaite à tous les passionnés du thé de se faire le cadeau de rencontrer les théiers pour de vrai. C'est définitivement touchant... Le premier que j'ai rencontré, à Pinglin, je l'ai embrassé et me suis prosterné devant lui avec une reconnaissance totale. Ce n'est plus un rêve. Je ne vois plus le thé de la même façon, je l'apprécie maintenant d'autant plus que je sais tout ce qui l'entoure. Formose, la belle, tu me reverras ça c'est certain... 

16 commentaires:

ベジタ a dit…

on a l'impression d'y etre : magnifique . j'etais suspendu à ton article , j'aurai voulu qu'il dure plus :-D
contznt que ce voyage t'ai plu.

lionel a dit…

génial ! on rêve...continue Sacha, on en veut encore...
à quand un charter de la communauté du thé francophone vers taïwan ?

Sacha a dit…

j'ai hâte d'y mettre les photos...

ginkgo a dit…

ah là là .....(soupir)....
merci de partager, ça fait rêver, planer, voler...en attendant d'y aller peut-être aussi ...

ベジタ a dit…

belles photos qui rajoutent encore plus de reve à ton article que j'ai relu avec plaisir .

ginkgo a dit…

super photos...j'attends la suite avec impatience

emmanuel a dit…

Beau voyage. ça fait envie.

Sacha a dit…

La deuxième partie s'en vient sous peu, c'est promis. Pour les photos, c'est dommage que je ne puisse vous montrer le diaporama complet, j'ai tant de belles images!

Michel a dit…

ah, le kif..

Merci

Patrick a dit…

+1

Raphael a dit…

De beaux souvenirs qui te resteront, pour toujours.
Sas parler du regard neuf sur le monde du thé.
Le regard de ceux qui ont vu ce que d'autres n'ont pu que rêvé.

flo a dit…

pour montrer tes photos sur ton blog en diaporama, il y a une fonctionnalité Blogger qui peut t'intéresser :

http://buzz-fr.blogspot.com/2007/11/
montrez-vos-photos-laide-du-
nouveau.html

Sacha a dit…

Merci Flo pour le lien, je travaille bientôt là-dessus...!

Sacha a dit…

Tout à fait Raphaël, la marche arrière est impossible tant pour le meilleur (surtout) que le moins bien. Je constate d'ailleurs que mon discours ou ma propre approche personnelle a définitivement changée depuis ce voyage... bien moins d'importance mise aux détails (tant esthétiques que pratiques) et plus de spontanéité, de détente, de plaisir moins chargé "d'expertise". Quand tu goûtes des trucs superbes là-bas même avec une eau un peu bof, dans une théière cheap et sans rituel qui soit, tu te dis ensuite: "Non mais, vraiment, je suis fou d'être si maniaque!" et le rêve derrière tout ça, aye aye aye!... Et là, "la Passion du THÉ" revient à sa juste place, une boisson noble certes, mais une boisson avant tout.

T.alain a dit…

-Tout ce beau réuni en si peu d'espace....quelle concentration...ça va pas nous rendre moins monomaniaque...on va même sans aucun doute tous s'aggraver...
On sent bien la joie et le plaisir que tu as eu...merci de nous faire participer au travers de tes textes et photos...mes reproches tiennent en ces mots:"encore s'il te plait"...
Pour le charter? le départ c'est à quelle heure?

Jean-Claude a dit…

Bonjour, beaucoup de chance d'avoir vu tout ça ... avec un Wu Long de 50 ans en sus ...

http://photodecidela.canalblog.com/


A+ Jean-Claude