28 janvier 2008

Parfaite Lumière

Étant sagittaire depuis ma naissance et au cours de mes deux dernières vies antérieures (c'est ce qu'une astrologue m'avait révélé il y a de cela quelques années!), j'ai souvent eu la chance de pratiquer le "gift merging manoeuvre" ce qui me permettait d'associer le cadeau d'anniversaire et celui de Noël afin de recevoir quelque chose de plus gros. Le mois de décembre est, pour moi, synonyme de réalisation de rêves et d'épanouissement.



"Parfaite Lumière" (le nom de baptême de ma nouvelle petite précieuse, inspiré du titre du roman de Eiji Yoshikawa) est alors débarquée chez-moi, arrivée soigneusement emballée par Stéphane de Tea Masters qui, comme à son habitude, m'a généreusement offert des petites surprises.  Tout de suite, j'ai ressenti que j'avais entre les mains un "puissant" outil d'infusion . Pourrais-je m'en servir convenablement? Aurais-je le réflexe d'infuser avec elle comme je le ferais avec une autre théière? Je ne savais pas trop à quoi m'attendre mis à part une crainte soutenue de me brûler les doigts...


Lumière. Chaleur. Pureté. Brillance. Éclat. Argent... Tout cela ensemble. Le goût du thé est là, oui oui, mais c'est plus que ça... On a l'impression de boire de la lumière, de l'air pur de haute montagne, l'esprit du thé que l'on infuse... son corps est adoucit, on en devine les silhouettes ou les contours. Ce sont ses notes de tête, son âme, son essence qui est révélé. La liqueur est vraiment chaude et elle le reste plus longtemps, conservant son éclat, même en se refroidissant dans la tasse. Il est presque impossible de porter une liqueur à l'amertume, les tannins semblant se saturer à un certain point empêchant une surdose. Il en résulte des dégustations interminables où chaque thé offre beaucoup plus qu'avec la terre ou le zhong. Chaque session de gong fu cha avec "Parfaite Lumière" est mémorable. Stéphane m'avait prévenu qu'elle avait la faculté de faire ressortir les qualités tout comme les défauts des thés qu'elle infuse; j'ai beaucoup de chance d'avoir de très bons thés disponibles car je n'ai pas eu d'expérience décevante (mis à part une fois avec un wulong un peu fané qui est ressorti quelque peu plat). Michel de Teajar donnait l'exemple que la différence entre une théière en terre et la théière en argent était de l'ordre du résultat obtenu en utilisant un zhong non réchauffé ou un qui a été préchauffé pour faire l'infusion. C'est définitivement ça.



Seul en tête à tête avec elle, pour expérimenter, je lui ai fait infuser plein de trucs: du gyokuro, du Darjeeling, du Sun Moon Lake (noir de Taiwan), des thés de rochers et des dancongs en plus de ses spécialités confirmées, soit les Pu Erh crus jeunes et les Wulong peu oxydés. Dans tous les cas, le corps s'est révélé un peu moins présent, une rondeur plus fine quoique soutenue (sans creux) se transfère à l'infusion. Ce sont les arômes, l'attaque, les notes de tête et de coeur qui explosent! Donc pour certains thés où la rondeur et le corps puissant sont les principales caractéristiques recherchées, par exemple pour les thés noirs corsés (que je ne bois pas de toute manière), il vaut mieux d'après moi utiliser les bonnes vieilles autres méthodes. Cependant, il est vraiment intéressant de voir leur "âme", leur nudité, en absence de corps... un Darjeeling de première récolte roulé à la main du jardin Samabeong s'est révélé ainsi magnifiquement, tout en confiserie, en fleurs et en jus de fruits exotiques, sublime.

J'ai aussi expérimenté plusieurs fois avec mes collègues. Nous avons fait le test du même thé infusé en proportions égales dans diverses techniques: Argent, Zhuni, Zisha, Zhong, tasse de kit de compétition, grande théière en céramique. Les résultats étaient frappant. Les liqueurs obtenues avec l'argent et la terre Zhuni (la Da Bing Ru Yi de TM) étaient définitivement supérieures et ont permis de soutirer bien plus d'infusions de qualité aux feuilles (soit les thés testés: Da Yu Ling hivernal 2007, Lao Banzhang 2006, vrac 1997 M3T). Ensuite, la différence entre les infusions données par l'argent et la zhuni était d'un moins grand écart, mis à part la lumière, la chaleur et la pureté cristalline offerte par l'argent et la "ronde sensualité souple" offerte par la terre. C'est une question de goût à savoir ce qui est meilleur... encore faut-il l'essayer! Fait cocasse: mes collègues qui portaient des amalgames dentaires ont, dès la première gorgée du thé infusé dans l'argent, senti des secousses électriques dans leur bouche... comme quoi la théière joue pour peut-être pour beaucoup plus que pour le goût. D'autres éléments semblent être transmis à la liqueur. Tant que je ne finisse pas comme Gollum ou comme cet homme qui aurait trop absorbé, pendant des années, une solution riche en colloïde d'argent et qui a développé la maladie d'argyria (non mortelle mais, disons... incommodante!). Je n'ai crainte, je sens au contraire que l'argent me fait du bien.



"Parfaite Lumière" ne remplacera jamais mes théières en yixing ou mon Zhong, elle vient les compléter admirablement. Elle est pour moi la théière qui révèle à leur meilleur les thés que je déguste quotidiennement (wulong et puerh crus). De plus, elle ajoute un esthétisme et une puissance à mes séances de dégustation, elle hypnotise, elle porte au sacré du moment. Je suis en amour.

14 commentaires:

Philippe a dit…

---> "... au cours de mes deux dernières vies antérieures... "

Houlà là !!! Je te rappelle Sacha que le thé ne se fume pas mais s'infuse ;-)

Sacha a dit…

Ah bon?!?

Raphael a dit…

Ah ça fait plaisir de voir un dégustateur heureux !

Ca me rappelle de fievreux souvenirs d'achats de théières. C'est vraiment jouissif !

Cette théière je l'ai approchée lorsque Michel avait apporté la sienne à Paris, l'an dernier. C'est un très bel objet.

Et pratique avec ça puisqu'elle ne se culotte pas, vous pourriez tout faire infuser et donc, en théorie, elle se suffit à elle-même.

Michel a dit…

Sacha la mienne s'apelle Musashi!!!

en plus on à partagé notre première galette 2003, sans le savoir.

Sacha a dit…

Musashi?!!? C'est pas vrai!?! C'est tout de même incroyable!

Et la YiWu 2003! Ah! Quelle merveille là dedans! Un kir royal!

Stephane a dit…

Parfait article.
Tu as trouvé tes mots (et de superbes photos) pour décrire ce que cette théière fait au thé. Je suis très heureux qu'elle t'apporte tant de bonheurs et te remercie de ta confiance.

Sacha a dit…

Raphaël,

C'est vrai que c'est génial de pouvoir faire toutes les familles de thé sans avoir à se soucier du culottage... j'avais toujours rêvé d'une petite gong fu en porcelaine pour ce faire, mais là c'est encore beaucoup mieux!
Pour le voyage elle serait parfaite en fait... mis à part la crainte constante de se la faire piquer sur le train entre Delhi et Rishikesh!

Sinon, tu as "approché" celle de Michel mais vous n'avez pas fait de dégustation avec?

Sacha a dit…

Michel,

J'en reviens toujours pas de cette histoire... Musashi... Parfaite Lumière... il doit y avoir une vibration tellurique arborescente de type 9 là dessous... ;-)

Quels sont tes thés favoris infusés à l'argent?
As-tu fait des découvertes techniques avec elle depuis que tu l'utilises?
T'apporte-t-elle toujours autant d'émerveillement qu'à vos débuts ensemble? (je parle de la théière... ;)

Sacha a dit…

Stéphane,

Merci pour le commentaire, mais c'est encore moi qui te remercie mille fois de m'avoir proposé cet objet. Elle transforme ma vision de la dégustation en plus d'être comme un soleil au beau milieu de cet hiver québécois gris et froid.

Raphael a dit…

Sacha,

Michel l'a sortie, Christophe s'est levé pour aller chercher la menthe et les makroudes, Michel a pris peur et l'a rangée. Fin de l'histoire.

Raphael a dit…

Sinon, c'est quoi ces conneries de noms de théières ?
La mienne s'appelle Musashi, la mienne a les oreilles décollées, la mienne fait ses dents.
Je ne comprends rien.

Sacha a dit…

Excalibur, Joyeuse, Durandal... C'est un juste un trip de chevalier, t'en fais pas va!

Philippe a dit…

---> "la mienne a les oreilles décollées, la mienne fait ses dent "

Arrête, tu me fais pisser de rire là !!
Je te dis Raph, Sacha, chevalier New Age, fume son thé au lieu de le boire... Sa théière en argent est une pipe à opium en réalité ;-)))

Raphael a dit…

Ah bon, tu me rassures, là.
J'ai eu peur que leur petit nom soit gravé quelque part.

Sinon, Philippe, tu as certainement lu que dans les temps anciens, les seigneurs qui parcouraient la Chine emportaient leur théière et buvaient directement au bec. Un peu comme Sacha fûme son thé dans sa théière en argent.